Ils sont dix porteurs de projets à avoir lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme KissKissBankBank, en partenariat avec Tourisme et Territoires du Cher. Mathilde et Christophe en font partie, ils souhaitent financer de nouveaux vélos électriques afin de développer leur activité « Berry vélo ». De ce fait, ils pourront proposer des parcours de plusieurs jours dans tout le département.

C’est quoi le projet ?

Le projet de Mathilde et Christophe, c’est d’agrandir leur flotte de VTC et VTT musculaires et surtout électriques et de développer des parcours autour du Canal de Berry et de la Sologne. L’idée à termes, c’est de créer des étapes sur le chemin pour poser son vélo et se ravitailler.

Soutenez le projet de Mathilde & Christophe sur KissKissBankBank.

C’est eux qui en parlent le mieux : 

Christophe : « Nous avons décidé de créer Berry Vélo pour faire découvrir d’une façon différente notre région, afin que nos hôtes séjournent un peu plus longtemps dans le coin et qu’ils puissent profiter de tous les chemins de Sologne, du Berry, du Canal de Berry en cours d’aménagement, et de faire tous les déplacements en vélo. Pour ceci, nous avons des VTC musculaires, VTC électriques, VTT électriques, et un triporteur adapté pour les familles, pour transporter les enfants et pour aller faire des petites journées pique-nique.”
Mathilde :Nous avons pu nous équiper en vélos de toutes sortes et il nous faudrait des vélos supplémentaires pour agrandir la flotte et pouvoir vous accueillir plus nombreux. Notre objectif c’est aussi de créer des boucles pour proposer aux voyageurs des balades touristiques en pleine nature.”
Christophe : Et puis les vélos électriques permettent de découvrir de plus grands espaces, on va plus loin. On peut partir la journée complète dans la nature avec sa petite sacoche, son petit panier pique-nique, et profiter de tous les espaces. Ou même aller prendre un fromage avec une bonne baguette, un petit verre de Reuilly… Le but c’est aussi d’échanger, de faire connaître un peu tout le monde, d’envoyer les gens faire du parapente à Sancerre, d’aller visiter Pillivuyt à Mehun…
Mathilde : … et de varier les hébergements et les lieux. Parce qu’au final, dans notre région, il y a des belles choses partout, et c’est bien de faire des petits sauts de puces pour les découvrir. Le Canal de Berry c’est le lien, c’est la route qui va mener à tous ces différents endroits de visite.
Christophe : “On attend avec impatience la fin de l’aménagement pour pouvoir circuler d’une façon plus sécurisée et plus facile. »

C’est qui le projet ?

À la base de l’idée du projet, il y a le passé de Christophe.

Christophe a fait beaucoup, beaucoup de vélo, d’ailleurs il avait un contrat semi-pro. Il a tout arrêté et n’a plus touché à un seul vélo pendant des années. En relançant Berry Vélo, il a fini par y reprendre goût, en VTT, il refait des sorties quotidiennes. Il aimerait accompagner des petits groupes, pour faire découvrir des chemins, des balades… 
Et en parallèle, il y a l’histoire de la Grange de Léonie, indissociable du projet … 
Mathilde aime raconter l’histoire de La Grange de Léonie et on la comprend. Son histoire, c’est celle de Christophe, de sa grand-mère et de la voisine de sa grand-mère, Léonie. Elle, vivait à Souesmes en Sologne et Christophe a grandit auprès d’elle. Il a toujours connu cette grange, un séchoir à briques solognot sur les terres voisines, celles de Léonie. Un jour  mais de nombreuses années après, il est allé voir les propriétaires et il leur a demandé s’il pouvait acheter cette grange … sans le terrain. Non sans être probablement passé pour un fou, il repart avec la grange sous le bras, pour la remonter chez lui … à plusieurs kilomètres de là, à Mery-sur-Cher. Christophe a démonté, pièces par pièces, la grange de son enfance, a tout numéroté puis l’a remonté chez lui, en la rehaussant sur des dés en pierre. À peu de choses près, on l’a, la structure originelle de la grange.”
Christophe a toujours aimé les vieux matériaux, démonter, construire, re-constuire. L’idée de déplacer la grange s’est faite sur un coup de tête. Une fois achetée, il a fallu la déplacer, “Et après c’est comme un puzzle géant, grandeur nature !” Malheureusement Léonie n’a pas vu cette grange remontée, n’a pas su ce que Christophe en avait fait. Mais c’est un bel hommage.
Remonter la grange à Méry-sur-Cher n’était que la première étape. Plusieurs autres ont suivies avant de devenir une chambres d’hôtes. A la base, la grange était prévue pour faire office d’abri de jardin .. puis transformé en chambres d’hôtes quinze ans plus tard !

C. : On a décidé de se marier juste avant d’attaquer les travaux. On s’est marié le week-end du 1er et 2 septembre 2017, et comme voyage de noces, on a attaqué les travaux le 4 septembre ! Il restait encore quelques bouteilles vides ! On a une belle photo souvenir de la grange avant en salle de réception. Donc c’est une grange qui est là pour apporter du bonheur, de la joie, de la convivialité en famille ou entre amis. »

Petit à petit, l’oiseau a fait son nid… et la Grange de Léonie !

Pourquoi le font-ils ?

La Grange version chambres d’hôtes à ouvert ses portes en avril 2018. Tout au long de l’année, Mathilde et Christophe accueillent des hôtes à la Grange de Léonie. L’idée de proposer une offre complémentaire a très vite germé dans leur tête. Faire découvrir les richesses du territoire est une des principales motivations de leur projet. S’ils attachent une grand importance à travailler avec les producteurs locaux, valoriser leur territoire est tout aussi essentiel à leurs yeux. 

Le mot de la fin :

– M. : « Des fois, on boit l’apéro avec nos hôtes, il y a une complicité qui se crée vite. On parle de voyages ou de la région et on est lancé, on voyage avec nos hôtes ! Et on a envie de faire goûter notre patrimoine donc on ouvre une petite bouteille de Reuilly ou de Quincy ou de Sancerre. On ne le fait pas tout le temps non plus, ne nous en veuillez pas si le jour où vous venez on n’ouvre pas la bouteille, vous aurez tout le loisir de le faire par vous-même !
– C. : Aujourd’hui le résultat est là, on est très content, c’est une satisfaction personnelle parce que déjà tous nos hôtes sont contents, ils aiment le lieu, ils reviennent, et on prend plaisir à recevoir du monde. Le but c’est de passer un bon moment. On oublie ses soucis quand on est à la grange ! »