Ils sont dix porteurs de projets à avoir lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme KissKissBankBank, en partenariat avec Tourisme et Territoires du Cher. Anne et Auriane en font partie, elles souhaitent financer l’arrivée de nouveaux Ânes Grand Noir du Berry au Pôle du Cheval et de l’Âne, pour les activités, la reproduction et la préservation de la race.

C’est quoi le projet ?

Le projet d’Anne et Auriane, dignes représentantes du Pôle du Cheval et de l’Ane, c’est de préserver une race en voie de disparition. L’Âne Grand Noir du Berry compte aujourd’hui peu de représentants, et grâce aux arrivées au Pôle du Cheval et de l’Âne de Lignières, l’idée est de favoriser la reproduction et en parallèle, de faire découvrir la race au grand public

Soutenez le projet de Anne et Auriane sur KissKissBankBank

C’est elles qui en parlent le mieux : 

– Auriane : “Ce que l’on va proposer au grand public, c’est de parrainer un Âne Grand Noir du Berry, qui est une espèce en voie de disparition. L’idée est de réinsérer l’activité de reproduction au Pôle du Cheval et de l’Âne, qui s’est faite il y a longtemps mais que l’on ne fait plus aujourd’hui. C’est important de valoriser la race, aussi parce qu’elle est à l’origine de la création du pôle. Le parrainage permet aussi d’impliquer le grand public dans la conservation du patrimoine de leur région qu’est le Berry.”
-Anne : “Depuis pas mal de temps on se posait la question du positionnement du Pôle, parce qu’il y a les activités hippiques et les activités asines. Est arrivé ce projet, on s’est dit qu’on allait accueillir des ânes, qu’on allait favoriser la reproduction et avoir d’autres ânes sur le site ! L’idée d’aller plus loin est vite arrivée ; mettre en valeur l’Âne Grand Noir du Berry, et tout ce que l’on peut faire avec. Il nous a fallu se rapprocher des éleveurs, des gens qui avaient déjà fait un énorme travail pour pouvoir mettre en valeur cette race. Et reprendre un petit peu le flambeau pour participer, parce que le pôle offre énormément de choses.

C’est qui le projet ?

Leurs histoires : 

Elles ne cessent de le répéter, elles ne sont que deux visages parmi toutes les personnes qui participent à ce projet. Anne, vit ça comme une grande aventure, et Auriane, qui n’est pas originaire d’ici, est littéralement tombée amoureuse des Ânes Grands Noirs. 

Les équipes du Pôle du Cheval et de l’Âne et de la société qui le gère, la SPL Les 1000 Lieux du Berry sont investis dans ce projet qui  d’ailleurs relève plus d’une mission passionnée qu’un simple projet. N’oublions pas l’Association Française de l’Âne Grand Noir du Berry (AFAGNB) qui à leur manière, racontent l’histoire qui compte vraiment, celle de l’Âne Grand Noir, pour que cette race reconnue récemment en 1994 soit préservée.

– Gérard Perrot, président de l’AFAGNB : « On veut essayer de sauver cette race, qui fait partie de notre patrimoine. Ce sont nos grands-parents qui ont travaillé avec sur les petites exploitations du Berry. (…) Aujourd’hui, ce sont d’autres générations, ce sont les Thiaulins qui ont découvert qu’elle existait, ils ont fait reconnaître cette race, développé un standard. Et maintenant on est en voie de disparition, et il faut à bout de bras maintenir ce cheptel, cette race qui est la nôtre.

-Jean-Pierre Chedeau, éleveur et membre de l’AFAGNB :Ça a toujours été un animal de traction, qui allait tirer la binette, ou la charrue avec le cheval. C’était un animal un peu, je ne vais pas dire polyvalent, mais qui répondait à énormément de tâches. (…) Aujourd’hui, même s’il y a toujours les activités d’utilisation professionnelle, le maraîchage, du débardage en petite puissance, le gros de l’utilisation que l’on peut avoir, c’est sur le loisir, c’est sur l’attelage, sur la randonnée… c’est un animal incomparable, il marche au pas du randonneur ! C’est quand même parfait pour qui veut faire la découverte du paysage et du pays.

-Michel Mercier, éleveur des futurs pensionnaires du Pôle :Je me suis lié à la race Âne Grand Noir du Berry pour conserver le patrimoine berrichon dont l’âne fait partie. Et puis parce que c’est un animal qui me plaît beaucoup et qui est très fidèle. (…) Je suis chauvin, je suis berrichon, le Grand Noir est du Berry, et c’est un âne très fort. C’est un âne beau par son poil noir et ses lunettes blanches, son nez blanc, son dessous du ventre blanc, et qui est très robuste.”

-Claude Boubet, éleveur et membre de l’AFAGNB : “C’est un âne docile, robuste, qui aime travailler et qui aime le travail. C’est un âne gentil, comme je pense tous les ânes, mais c’est un âne très attachant. (…) Et qui aime aussi. Il faudra lui demander hein, mais je pense qu’effectivement il nous le rend bien en tout cas !”

-Bruno Dudefant, éleveur et membre de l’AFAGNB :L’âne Grand Noir du Berry en particulier, c’est un animal adorable. Ça soigne tous les maux. C’est super réconfortant, c’est toujours agréable avec nous. Et puis son look, les yeux, c’est super beau, et je ne sais pas si ça tient à l’âne du Berry en particulier par rapport au caractère, mais tous les nôtres sont super gentils. Nous avons deux entiers, il n’y a pas de différences avec les autres, ils ont tous leur propre caractère mais ils sont tous gentils. On a jamais reçu de coups de pieds ni quoi que ce soit. »

Pourquoi le font-elle ?

Quand Anne et Auriane arrive au Pôle du Cheval et de l’Âne, c’est un peu comme si elles y venaient pour la première fois. C’est pourtant quotidiennement qu’elles le côtoient, mais entendre les éleveurs parler de leurs ânes, c’est tout une histoire ! 

Gérard Perrot explique qu’il aime le caractère de ces petites bêtes. Beaucoup plus proche de l’homme qu’un cheval. Ils aiment les câlins et viennent se faire caresser.

“C’est un nez qui se pose sur l’épaule, ça cherche le contact énormément. C’est très très doux, et très reconnaissant. »

Alors elles profitent des activités, un peu comme les touristes !

Anne, qui découvre la race avec ce projet, apprécie l’animal qu’elle juge extrêmement attachant. Elle aime dire également, qu’elle en retire une certaine fierté car “l’âne Grand Noir du Berry n’est pas comme les autres, c’est un âne qui est plein d’affection…” 
Préserver la race et favoriser la reproduction est donc un objectif qu’elles se sont fixées, avec toute les équipes du Pôle du Cheval et de l’âne ! Et conserver le patrimoine vivant berrichon est une idée qui nous séduit … 

Le mot de la fin :

-Aurianne. : « L’idée c’est de revaloriser le patrimoine berrichon, en sachant que le Berry est un territoire assez isolé et le patrimoine berrichon a été un peu oublié à cause de cet isolement. Donc on veut revaloriser ce patrimoine qui a été oublié à travers les âges pour aucune raison, parce que c’est quand même de beaux bestiaux !
-Anne. : Et c’est sympa de pouvoir se dire qu’on a beaucoup de choses à construire, accompagner l’âne, et surtout le faire découvrir aux touristes de passage. C’est quand même l’âme du pôle aussi, que d’être une vitrine pour apprendre à découvrir l’animal. L’Âne Grand Noir du Berry, c’est une facette du patrimoine berrichon, et il y a tout un tas d’espèces à préserver. On commence par celui là parce que c’est aussi notre ‘‘cheval de bataille’’ ! Mais on aimerait bien poursuivre parce qu’il y a tout un tas d’associations locales qui sont là pour préserver aussi bien la faune que la flore. Et si le Pôle du Cheval et de l’Âne pouvait participer ce serait vraiment très très bien.  »