Ils sont dix porteurs de projets à avoir lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme KissKissBankBank, en partenariat avec Tourisme et Territoires du Cher. Sophie et Clément en font partie, ils souhaitent financer leur nouveau jeu de piste départemental, quand leur premier, les Mystères de Bourges, se déroule dans les rues de la capitale berrichonne.  


Soutenez le projet de Sophie & Clément sur KissKissBankBank

C’est quoi le projet ?

Pour la faire courte :
Le projet de Sophie et Clément, c’est de créer un jeu d’énigmes type escape game dans tout le département et sur plusieurs semaines et mois. Les énigmes seront envoyées régulièrement par la poste ou par mail, et enverraient les enquêteurs à la découverte des lieux touristiques et emblématiques du Cher. 

C’est eux qui en parlent le mieux : 
– Clément : « Le projet pour la campagne de financement participatif, c’est de lancer l’Enquête Cherlock. Ça serait un jeu de piste à l’échelle du département. On passerait de l’échelle de la ville de Bourges au département tout entier pour aller faire découvrir aux gens le territoire dans son ensemble et des lieux touristiques qu’on a un petit peu oublié. Le territoire du Cher est super riche, il y a beaucoup de patrimoine à découvrir, et à redécouvrir. On a plus de sept mille mètres carré c’est ça ?
– Sophie : Ouais, sept mille km2 de terrain de jeu !
– C. : On espère que les gens vont vouloir redécouvrir le département, avec ses lieux oubliés, à base d’énigmes qu’on enverrait par la poste ou par mail de façon régulière tous les mois. 
– S. : Cette idée elle venue de se dire : ‘‘Tiens, est-ce qu’on élargirait pas notre terrain de jeu ? Et si on ne se limitait pas uniquement à la ville de Bourges ? Et si on pouvait aller découvrir d’autres endroits cachés à proximité de chez nous ?’’ On a beaucoup de joueurs qui nous réclament déjà la suite, ils sont très joueurs, ils ont très envie de découvrir d’autres histoires. Donc on pense que ça va intéressé plein de gens ! »

C’est qui le projet ?

Leurs histoires : 
Sophie et Clément, ce sont les visages derrière les Mystères de Bourges. Mais pour les connaître un peu mieux, il est nécessaire de lever le voile sur leurs histoires. Ouvrir le coffre à souvenir…
– S. : « On est berruyers, on est né à Bourges tous les deux, et en ce qui concerne notre passion pour les énigmes elle remonte déjà à notre plus tendre enfance. Quand on était petits nos parents nous traînaient dans tous les châteaux de la Loire, les endroits patrimoniaux du département. Et notre maman avait une fâcheuse habitude de nous poser trente mille questions pendant le trajet ! 
– C. : Comment s’appelle les habitants de telle ville, quelle est la spécialité culinaire d’une autre… Donc ça vient de là, beaucoup de questions que l’on nous a posé étant enfant, et nos parents qui nous ont appris à être curieux. On avait beaucoup de trajets en voiture très animés, très énigmatiques ! 
– S. : Quand on est plus petit on a une approche un peu particulière du patrimoine. Mais en vieillissant on acquiert des choses plus intéressantes, et un aspect historique qui est beaucoup plus intéressant. On comprend mieux un peu plus tard. »

Ce qu’ils font ici :
Loin d’être traumatisés par leurs voyages pleins de questions, ils se sont servis de leur passé pour revenir à leurs premiers amours, le patrimoine. Et de le modeler pour le faire découvrir de façon ludique… mais toujours avec plein de questions !
– C. : « Avant de lancer les Mystères de Bourges, moi j’étais ingénieur chimiste, j’ai travaillé deux ans au Brésil en tant que responsable qualité et ensuite je suis rentré en France. Je suis revenu à Bourges pour retrouver ma famille et ma sœur. Sophie avait pour idée de lancer un jeu, donc je l’ai rejoint dans l’aventure des Mystères de Bourges et maintenant, de façon plus sérieuse, pour lancer l’enquête Cherlock. 
– S. : Et moi j’ai une licence d’histoire de l’art, avant je travaillais dans la communication et le marketing. Et j’ai créé les Mystères de Bourges il y a un an. Moi je gère plutôt la partie artistique, et il me manquait une partie scientifique pour la gestion des énigmes. J’ai donc fait appel à mon petit frère !
– C. : Les Mystères de Bourges ça vient d’un intérêt qu’on a aussi pour le jeu et pour l’escape game depuis quelques années. Et on a eu l’idée l’an dernier de créer ça à Bourges, on s’est dit que ça manquait et que ça pouvait être un bon moyen de valoriser le patrimoine de la ville de façon un peu plus ludique. 
– S. : Le principe des Mystères de Bourges, c’est de découvrir la ville et son histoire au travers d’énigmes. On vous remet une sacoche mystérieuse qui est cadenassée à différents endroits, et on vous invite à parcourir la ville pour découvrir des indices vous permettant de résoudre ces fameuses énigmes et d’ouvrir cette sacoche. »
Un Escape Game, quel qu’il soit, c’est aussi une ambiance, un contexte, un thème. Les Mystères de Bourges n’y échappent pas, et les deux compères n’ont pas eu à chercher loin pour trouver l’inspiration…
– C. : « Le parcours se situe autour de la vie de Jacques Cœur, on s’est inspiré de la vie du plus connu des personnages historiques dans la ville de Bourges. Pour sélectionner un certain nombre d’endroits où on va amener les gens à se rendre…
– S. : …et où potentiellement il est allé ! On traverse le centre-ville, d’un lieu emblématique à un autre…
– C. : …qui illustrent toutes les facettes du personnage. Parce que Jacques Cœur a eu de multiples facettes et a fait beaucoup de choses dans sa vie, donc on a essayé aussi d’illustrer un peu ça à travers le jeu. »

Le succès est au rendez-vous ! Depuis septembre 2019 et leur premiers enquêteurs, ce sont plus de 600 joueurs qui se sont essayé à percer les Mystères de Bourges. Environ 3 kilomètres de marche (sans les détours !), deux heures en moyenne… Mais comme le dit notre cher Jacques, à vaillant cœur, rien d’impossible !

– S. : « Les gens ne se perdent pas trop, un bon sens de l’orientation est utile, mais on a pas encore eu de pertes sur nos enquêteurs !
– C. : Ils apprécient de ne pas avoir leur téléphone, ça déconnecte un peu. Ils aiment ne pas tout avoir au début, débloquer des objets au fur et à mesure.
– S. : On peut jouer entre deux et six personnes, le mieux c’est même entre trois et six pour former une équipe d’enquêteurs. Vous pouvez jouer en famille, entre amis, vous pouvez venir découvrir la ville. Si vous êtes fans d’escape game c’est aussi une solution pour s’amuser et découvrir le patrimoine !
– C. : Les enfants peuvent jouer à partir de 7-8 ans s’ils sont accompagnés par leurs parents. Tant qu’on les accompagne, qu’ils comptent ou écrivent, même les plus petits ça va.
– S. : S’ils ont l’habitude de jouer avec leurs parents aux jeux de société ou s’ils sont déjà des adeptes des énigmes, car il y en a, c’est tout à fait possible ! »

Le mot de la fin :

– C. : « On a construit le jeu au mois d’août 2019, et on l’a lancé au mois de septembre. On a plein d’anecdotes rigolotes : par exemple, on a trouvé nos premiers clients dans la rue, pendant qu’on testait le jeu ! On a des joueurs qui utilisent leur propre matériel sans utiliser le notre également. Au moment où on a besoin de pièces, des gens nous ont sortis leur propre monnaie ! On a aussi des gens d’un peu partout qui viennent : on a eu des polonais qui ne comprennent pas forcément tous les mots en français qu’on a utilisé pour faire le jeu. 
– S. : Le vieux français est compliqué pour le polonais !
– C. : Parfois on a des pertes d’objets aussi, donc après nous on a le service après-ventes et on ramasse après le passage des candidats !
– S. : On nous pense un peu sadiques, en fait nous ça nous fait beaucoup rire de les voir galèrer ! En général on les regarde plutôt de loin, on vient en aide si vraiment y a un souci. Mais oui, c’est un plaisir de les voir jouer ! »