Berry Vélo a été le projet qui a remporté le plus gros pourcentage du montant demandé avec 337 % lors de sa campagne. Mathilde Selin partage avec nous son point de vue sur cette expérience inédite à l’échelle d’une destination touristique.

1/ Pourquoi avoir répondu à l’appel à projets ?

Nous avions le projet mais nous avions besoin de soutien financier !

2/ Si toi et Christophe deviez décrire votre participation à cet appel à projets en quelques mots…

Nous avions imprimé la brochure de l’appel à projet et nous repoussions le moment de nous mettre au travail. Ça nous semblait être une montagne… puis la veille de la date limite pour envoyer notre candidature, Christophe a dit : « ok, je vais faire un PowerPoint ».
Ça a été le point de départ et ça nous a beaucoup aidé à rendre notre projet vivant. Les idées énoncées bout à bout et tous ces points d’interrogation n’étaient pas vraiment séduisants il faut dire… 

3/ Que retenez-vous de cette expérience ? 

Cette aventure a été une révélation pour moi. Je suis la plus créative du binôme (comprendre: je suis l’artiste, Christophe, mon agent, est le plus gestionnaire dans le duo).
Je ne pensais pas pouvoir mener campagne et je l’ai fait. C’est pour moi la réalisation d’un challenge. Humainement, c’était également très riche ! Nous avons beaucoup appris grâce à chaque personne de la promo.
Sans cet appel a projet et le soutien de Fanny et toute l’équipe de Tourisme & Territoires du Cher, jamais nous n’aurions osé lancer une campagne de financement participatif.

4/ Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à quelqu’un qui hésite à se lancer ?

Vous avez tout à gagner. Pour voir naître vos idées et pour découvrir beaucoup de choses.

5/ Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à  un lauréat ?

D’oser !

6/ Les points positifs ?

La stimulation, les rencontres, le coaching, les idées de chacun pour notre projet.

7/ Les points négatifs ? 

Faire campagne, c’est un peu les montagnes russes des émotions.

8/ Et si vous deviez recommencer ?

Je recommencerai bien sûr !!! mais pas immédiatement, car cela demande un investissement personnel en plus de nos autres casquettes.